Home Actualités Clôture de la COP28 : Approbation d’une feuille de route appelant à...

Clôture de la COP28 : Approbation d’une feuille de route appelant à «s’éloigner des combustibles fossiles»

28
0

Les 198 nations réunies à la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, COP28, à Dubaï (Emirats arabes unis), ont approuvé, mercredi 13 décembre, à la clôture, après deux semaines de pourparlers, une feuille de route pour «s’éloigner des combustibles fossiles».

D’aucuns reconnaissent qu’il s’agit là d’une première, pour une conférence de l’ONU sur le climat, d’appeler à «transitionner hors» des énergies fossiles comme le pétrole, le gaz et le charbon, qui réchauffent dangereusement la planète. Certains saluent le fait que l’expression «combustibles fossiles» soit clairement et pour la première fois mentionnée dans les décisions de la COP.

Toutefois, certains responsables, pays ou associations sont restés sur leur faim vis-à-vis de l’accord trouvé qui ne répondrait pas à l’appel en faveur d’une «élimination progressive» ou d’une «sortie» des énergies fossiles.

Pour le SG de l’ONU, l’ère des combustibles fossiles doit prendre fin dans la justice et l’équité. «A ceux qui se sont opposés à une référence claire à l’élimination progressive des combustibles fossiles dans le texte de la COP28, je tiens à dire qu’une élimination progressive des combustibles fossiles est inévitable, qu’ils le veuillent ou non. Espérons que cela n’arrive pas trop tard», a-t-il indiqué.

Il a souligné que l’un des objectifs clés fixés dans l’accord historique de Paris de 2015, celui de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C, «sera impossible sans l’élimination progressive de tous les combustibles fossiles».

Amnesty International estime que «l’accord de la COP28 visant à s’éloigner des combustibles fossiles établit un précédent, mais ne permet pas de garantir les droits humains».

Sa directrice du programme Justice climatique, économique et sociale et Responsabilité des entreprises, Marta Schaaf, souligne, entre autres, que «le résultat final comporte des failles qui permettent aux producteurs de combustibles fossiles et aux Etats de poursuivre leurs activités habituelles, ne répondant donc pas aux besoins de protection des droits de milliards de personnes confrontées aux effets néfastes du changement climatique».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here