Home Sécurité La RDC dénonce les rumeurs sur une négociation avec Israël pour l’accueil...

La RDC dénonce les rumeurs sur une négociation avec Israël pour l’accueil des migrants palestiniens

6
0

La République démocratique du Congo (RDC) a réagi suite aux allégations faisant état des pourparlers amorcés entre les autorités israéliennes et celles de Kinshasa, en vue d’accueillir éventuellement des Palestiniens de la bande de Gaza sur le territoire congolais.

«Contrairement à ce qui est rapporté dans certains médias, il n’y a jamais eu une quelconque forme de négociation, de discussion ou d’initiative entre notre gouvernement de la RDC et le gouvernement israélien sur le prétendu accueil des migrants palestiniens sur le sol Congolais», a déclaré le porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya, sur son compte X.

Mercredi 3 janvier, des médias israéliens dont le site d’information «Times of Israel», citant une source bien informée au sein du cabinet de sécurité d’Israël, ont indiqué que «le Congo sera disposé à accueillir des migrants et nous sommes en pourparlers avec d’autres».

L’Etat hébreux serait pour la relocalisation des Gazaouis alors que leur territoire subit les bombardements de l’armée israélienne. Le conflit israélo-palestinien, qui a repris le 7 octobre dernier, a déjà causé la mort de près de 22 000 Palestiniens dans la bande de Gaza. Le bilan concernant les blessés a dépassé les 56 000 personnes.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a déclaré, fin décembre 2023, que la guerre à Gaza se poursuivra «pendant de longs mois, jusqu’à ce que le Hamas soit éliminé et les otages libérés» ; pourtant la communauté internationale appelle sans cesse à l’arrêt des hostilités.

D’après certaines sources, Israël aurait approché quelques pays arabes pour accueillir les Gazaouis fuyant la guerre, mais l’Etat hébreux ne fait qu’essuyer des refus. Aussi bien ces pays que d’autres nations occidentales, et des organisations internationales, sont contre le déplacement des Palestiniens.

Le Haut-commissaire de l’ONU aux droits de l’homme, Volker Türk, a rappelé, à ce propos, ce jeudi, que «le droit international interdit le transfert forcé de personnes protégées à l’intérieur d’un territoire occupé ou leur expulsion de ce territoire».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here