Home Actualités L’Union africaine suspend le Niger de ses organes et institutions

L’Union africaine suspend le Niger de ses organes et institutions

45
0

Le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) a annoncé, ce mardi dans un communiqué faisant le compte rendu de sa réunion tenue le 14 août, sa décision de suspendre immédiatement le Niger de toutes les activités de l’organisation et de ses organes et institutions, dans la suite du coup d’Etat militaire perpétré fin juillet dernier.

Le CPS «décide (…) de suspendre immédiatement la participation de la République du Niger de toutes les activités de l’UA et de ses organes et institutions jusqu’au rétablissement effectif de l’ordre constitutionnel dans le pays», affirme le document.

À cet égard, poursuit-il, il «exhorte tous les États membres de l’UA et la communauté internationale, y compris les partenaires bilatéraux et multilatéraux, à rejeter ce changement anticonstitutionnel de gouvernement et à s’abstenir de toute action susceptible de conférer une légitimité au régime illégal du Niger».

L’organe de l’UA s’est félicité du communiqué du Président de la Commission de l’UA publié le 10 août dernier concernant le mauvais état de santé et la détention du président Mohamed Bazoum. Dans ce cadre, il a réitéré «son exigence pour la libération immédiate et inconditionnelle de S.E. le Président Mohamed Bazoum et de tous les autres détenus, et le respect de leurs droits humains, y compris la protection de leur santé physique et de leur intégrité morale».

Bien avant ces résolutions, le CPS dit avoir «pris note de la décision de la Cédéao de déployer une Force en attente et demande à la Commission de l’UA d’entreprendre une évaluation des implications économiques, sociales et sécuritaires du déploiement d’une Force en attente au Niger et d’en faire rapport au Conseil».

L’organe a réaffirmé sa pleine solidarité avec les efforts de la Cédéao dans son engagement soutenu en faveur du rétablissement de l’ordre constitutionnel par des moyens diplomatiques, et demandé à la Commission de l’UA de nommer et de déployer un Haut Représentant pour encourager les efforts de médiation de la Cédéao.

Il a aussi demandé à la Commission de l’UA, en étroite collaboration avec la Commission de la Cédéao, de compiler et de soumettre d’urgence la liste des membres de la junte militaire et de leurs soutiens militaires et civils, y compris ceux qui sont impliqués dans la violation des droits fondamentaux du Président Bazoum et d’autres détenus, en vue de sanctions ciblées et de l’application de mesures punitives individuelles.

Le CPS a saisi l’occasion pour rejeter «fermement toute ingérence extérieure d’un acteur ou d’un pays extérieur au Continent dans les questions de paix et de sécurité en Afrique, y compris les engagements de sociétés militaires privées sur le continent, conformément à la Convention de l’OUA de 1977 pour l’élimination du mercenariat en Afrique».

Enfin, il a exhorté «vivement les militaires à placer les intérêts suprêmes du Niger et de son peuple au-dessus de tout, et de retourner immédiatement et sans condition dans les casernes et de se soumettre aux autorités civiles conformément à la Constitution du Niger».

By OMA Newsletter N° 1290 du 22/08/2023
Article publié sous la direction du Dr Najib Kettani

L’OMA, ONG à vocation Intercontinentale
Pour le développement des échanges culturels
La valorisation des potentialités humaines
La promotion et la consolidation du développement de l’Afrique, et L’intégration interafricaine

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here