Home Actualités Un nouveau rapport de la Banque mondiale prône l’amélioration du statut des...

Un nouveau rapport de la Banque mondiale prône l’amélioration du statut des femmes et filles en Guinée

66
0

Les femmes et les filles en Guinée sont confrontées à d’importants obstacles entravant leur accès aux mêmes opportunités que les hommes, affirme un nouveau rapport de la Banque mondiale, intitulé «Libérer le potentiel des femmes et des filles : Le statut des femmes et des filles par rapport aux hommes et aux garçons en Guinée».

Le rapport, relayé mardi dans un communiqué publié par l’institution financière mondiale, dresse un tableau peu luisant sur la situation des femmes et filles dans ce pays d’Afrique de l’Ouest.

La Guinée, classé 182 sur 191 en 2021, dans l’indice d’inégalité des sexes du Programme des Nations unies pour le Développement est l’un des pays les plus inégalitaires en matière de genre dans le monde.

Les répercussions économiques de cette inégalité sont d’autant plus préoccupantes que près de la moitié de la population rurale reste pauvre, 38 % des enfants travaillent, qu’environ un enfant sur trois de moins de cinq ans souffre d’un retard de croissance et qu’un sur 10 meurt avant l’âge de neuf ans.

Malgré des progrès au cours des dernières décennies dans les taux de scolarisation primaire et secondaire chez les filles et les garçons, les taux globaux d’achèvement scolaire demeurent préoccupants, en particulier chez les femmes et les filles en zones rurales.

Le manque d’investissement dans le capital humain augmente les risques de pauvreté chez les femmes, et leur participation globale au marché du travail demeure inférieure à la moyenne de l’Afrique subsaharienne en termes de qualité de l’emploi marqué par l’informalité, l’auto-emploi et la vulnérabilité. Elles semblent également désavantagées dans l’accès et la propriété d’actifs productifs et des finances.

Par ailleurs, avec un taux de mariage d’enfants parmi les plus élevé au monde et résultant de normes socioculturelles, de croyances et de perceptions des rôles de genre, cette pratique a des implications importantes sur la manière dont les femmes participent aux activités économiques et exercent leur libre arbitre. Le mariage précoce augmente leurs risques d’être confrontées à la violence domestique, dont l’incidence est particulièrement élevée en Guinée.

Selon le représentant résident de la Banque mondiale en Guinée, Nestor Coffi, «le rapport fournit des orientations stratégiques dans toutes les dimensions mises en évidence qui s’appliquent au contexte guinéen».

«Les efforts, pour que les femmes aient la capacité de réaliser leur potentiel, doivent être centrés sur les objectifs suivants : éduquer, améliorer l’accès aux soins de santé, employer et accroître l’autonomisation économique», ajoute-t-il.

À la lumière des aspects multidimensionnels de l’égalité des genres, il est crucial de lancer des politiques globales et multisectorielles pour combler les écarts existants entre les sexes et qui doivent s’appuyer sur les preuves et données existantes, conclut le communiqué.

By OMA Newsletter N° 1165 du 10/05/2023
Article publié sous la direction du Dr Najib Kettani

L’OMA, ONG à vocation Intercontinentale
Pour le développement des échanges culturels
La valorisation des potentialités humaines
La promotion et la consolidation du développement de l’Afrique, et L’intégration interafricaine

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here