Home Actualités Le Burkina Faso rassure le Conseil des droits de l’homme de l’ONU...

Le Burkina Faso rassure le Conseil des droits de l’homme de l’ONU sur le recrutement de supplétifs de l’armée

100
0

Le Burkina Faso, qui fait recours à des volontaires pour seconder l’armée, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, a tenu, mardi, à rassurer le Conseil des droits de l’homme de l’ONU sur sa démarche, selon le service de presse de l’ONU.

Ce pays ouest-africain a entamé en octobre dernier un vaste recrutement de volontaires pour la défense de la Patrie (VDP), avec l’objectif de recruter 50.000 volontaires.

Des témoignages des populations locales concernant certains VDP déjà actifs laissent entendre que ces auxiliaires armés des forces de défense et de sécurité seraient responsables de la mort de quelques civils, dans leurs opérations d’offensive suite à des attaques terroristes.

Mais la ministre burkinabè de la Justice et des Droits humains, Bibata Nébié Ouédraogo, soutient que «des dispositions règlementaires encadrent rigoureusement les actions sur le terrain ».

Selon elle, l’objectif des autorités est d’inscrire cette dynamique «dans le strict respect des droits humains et de la dignité humaine», sachant qu’un programme de formation des VDP est en cours de mise en œuvre.

Ouagadougou justifie le recours à ces volontaires par une «dynamique de sécurisation et de reconquête de l’intégrité du territoire» et l’adoption le 17 décembre 2022, d’une loi instituant les volontaires pour la défense de la Patrie (VDP).

La ministre de la Justice évoque «une mobilisation générale des fils et des filles de la nation et l’expression d’un élan patriotique, afin de servir de façon volontaire les intérêts de leur village ou secteur de résidence, en soutien aux forces armées nationales et aux forces de sécurité intérieure durement éprouvées par le cycle de violence des attaques terroristes ».

Les allégations de violations des droits humains commises dans le cadre de la lutte contre le terrorisme font «systématiquement l’objet d’enquêtes judiciaires pour situer les responsabilités et traduire en justice les éventuels coupables», assurent les autorités de transition dans ce pays.

Le Burkina est confronté depuis 2015 aux attaques de groupes terroristes. D’après la ministre, «à la date du 31 janvier 2022, plus d’un million neuf mille déplacés internes ont été enregistrés dont 58% d’enfants. Plus d’un million d’élèves sont affectés par la fermeture de plus de six mille deux cent cinquante écoles».

By OMA Newsletter N° 1066 du 28/02/2023
Article publié sous la direction du Dr Najib Kettani

L’OMA, ONG à vocation Intercontinentale
Pour le développement des échanges culturels
La valorisation des potentialités humaines
La promotion et la consolidation du développement de l’Afrique, et L’intégration interafricaine

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here